Dans un vacarme assourdissant, les équipements des nouveaux sous-marins brésiliens co-fabriqués avec la France sont assemblés à l’intérieur de l’énorme coque cylindrique en quatre morceaux disposée dans un atelier monumental de 38 mètres de hauteur. Un chantier impressionnant, mais qui tourne au ralenti à cause de la crise économique, avec une première mise à l’eau prévue en juillet 2018, malgré des accusations de corruption qui pèsent sur une des entreprises intervenant dans ce programme de défense.

Retrouvez l’article sur le site du journal.

Référence :

L’Express