Le manque critique d’hélicoptères apparait comme le problème opérationnel le plus alarmant pour la marine indienne, plus encore que les sous-marins, les chasseurs de mines et les missiles. Les nouveaux projets d’acquisition et de fabrication échouent maintenant les uns après les autres depuis plus d’une décennie.

En fait, la marine indienne a désespérément besoin d’environ 150 hélicoptères à capacité de lutte anti-sous-marine, sans lesquels ses bâtiments de guerre sont virtuellement sans défense face aux sous-marins ennemis et de 110 hélicoptères légers.
Mais même le premier achat de 16 hélicoptères, avec une option pour 8 supplémentaires, ne s’est toujours pas concrétisé alors qu’il a reçu l’aval du ministère en 2005.
L’appel d’offres global pour ce projet, lancé en 2008, est maintenant sur le point d’être abandonné, les négociations sur le prix avec le fabricant Sikorsky (racheté depuis par le géant américain Lockheed Martin) sont toujours bloquées.

La procédure d’achat attendue depuis longtemps des 123 autres hélicoptères ASM et des 110 hélicoptères légers n’a toujours pas commencé en raison de l’incapacité du ministère de la défense à définir le modèle du « partenariat stratégique » dans le cadre de la politique « fabriqué en Inde ».

La situation est devenue si désespérée que la marine indienne a adressé un « avis dissident » au ministère contre la décision d’abandonner l’achat de 16 hélicoptères S-70B Seahack auprès de Sikorsky, indiquent des sources.

Le ministère reste fortement opposé à l’exigence de Sikorsky pour une augmentation du prix des 16 hélicoptères justifiée selon lui par le fait que la signature du contrat est attendue depuis des années.

« Dans sa note dissidente, la marine explique que les 16 hélicoptères sont une nécessité opérationnelle critique. Sikorsky a déjà prorogé plusieurs fois la validité de son offre de prix. Au début 2016, la compagnie américaine a annoncé qu’elle ne pourrait plus le faire. Mais le ministère estime que le nouveau prix est trop élevé, plus de 40% au-dessus du prix de départ, » explique une source.

La marine met en service 4 ou 5 bâtiments chaque année, dans le cadre de son projet d’avoir 212 bâtiments de combat d’ici 2027. Mais elle n’a pratiquement plus d’hélicoptères ASM pouvant en décoller pour détecter, pister et détruire les sous-marins ennemis.

La marine indienne n’a actuellement que 10 hélicoptères Kamov-28 et 17 Sea King pour protéger sa flotte actuelle de 138 bâtiments. Alors que les Sea Kings ont tous allégrement dépassé les 20 ans les Kamov-28 subissent une modernisation à mi-vie avec l’aide de la Russie.

Référence :

Times of India