Le 1er juin, des sections avant, construites en France, du 1er sous-marin classique brésilien, sont arrivées à Rio de Janeiro. Les pièces, d’un poids de 220 t, 25 m de long et 12 m de haut, ont été transportées du port de Sepetiba, vers les installations de Nuclebrás Equipamentos Pesados (Nuclep).

Ensuite, elles ont été transportées par la route vers l’Unidade de Fabricação de Estruturas Metálicas (UFEM), où les sections 1 et 2 de ce sous-marin seront fabriquées. Le contre-amiral Sydney dos Santos Neves, gestionnaire du programme, a indiqué que cela marquait la matérialisation du transfert de technologies de la France vers le Brésil.

« Rien ne sera plus construit en France. Le reste de la construction des coques des sous-marins sera effectué au Brésil. Les sections 1 et 2 ont déjà commencé à être construites. La section de qualification, qui habilite à la fabrication, est déjà en phase finale de conclusion à Nuclep, » a affirmé l’amiral Neves.

Les sections 3 et 4 du premier sous-marin classique, fabriquées en partenariat avec la France, a été construites en 3 ans. 255 stagiaires de différentes entreprises brésiliennes ont participé à la construction : Itaguaí Construções Navais (ICN) et Nuclebrás Equipamentos Pesados (Nuclep), ainsi que des ingénieurs, des techniciens et des opérateurs de la marine brésilienne. Pendant cette période, 140 cours de formation ont été administrés dans les différents domaines de connaissance.

« C’est un événement marquant : grâce à ce transfert de technologie, il sera possible de construire au Brésil les coques des sous-marins 2, 3 et 4, » souligne l’amiral Neves.

Le 28 juin, le ministre brésilien de la défense, Celso Amorim, accompagné du commandant de la marine, l’amiral d’escadre Julio Soares de Moura Neto, visitera l’UFEM pour voir une section avant du premier sous-marin classique construit en partenariat avec la France.

Référence :

Marine Brésilienne