Le premier exemplaire des nouveaux sous-marins espagnols S-80 pourrait ne pas être lancé à temps. Au cours de sa construction, différents problèmes sont apparus, qui n’avaient été observés dans les plans initiaux. Le principal, son poids : Navantia devrait augmenter sa longueur pour garantir sa flottabilité et ses qualités opérationnelles.

Récemment, El Confidencial Digital rapportait que, pour le moment, le grand carénage du sous-marin Tramontana n’était pas prévu. Le ministère espagnol de la défense n’entend pas assumer les coûts de réparation et de modernisation du sous-marin. Sa durée de vie opérationnelle arrivera donc à échéance au printemps prochain.

Néanmoins, les projets de la marine espagnole, comme l’expliquent des sources militaires, passent par « une période de faible disponibilité de l’arme sous-marine », pendant laquelle l’Espagne ne disposera plus que d’un petit nombre de sous-marins [1] jusqu’à l’arrivée du premier S-80, prévue en principe pour 2016.

Mais les problèmes s’accumulent. Dans les cercles de la marine espagnole, on a beaucoup parlé de différents défauts de conception du S-80, des contre-temps qui, au début, n’étaient pas graves et se corrigeaient en ajoutant des heures de travail. Mais la réalité parait beaucoup plus graves.

Selon des sources non-officielles de Navantia — le constructeur du sous-marin — , le S-80 a un problème de poids. Les calculs initiaux de poids sont très inférieurs aux calculs définitifs — prenant en compte tous les équipements électroniques et de combat, ainsi que des améliorations dans le domaine de l’habitabilité.

Pour cette raison, on donne dans ces cercle pour acquis que le premier S-80 ne sera pas mis en service 2016. Navantia devra trouver une solution à ce problème, qui passerait par une augmentation de la longueur du sous-marin pour compenser le sur-poids.

Si cette solution devait se confirmer, le temps nécessaire à la modification retarderait la livraison de quelques mois, à 2017. Le Mistral, qui a terminé son carénage en 2011, partira à la retraite en 2016. L’Espagne resterait donc pendant au moins un an avec un seul sous-marin, le Galerna.

Ce contre-temps pourrait contraindre le ministère espagnol de la défense, selon des sources de la marine espagnole, à rechercher une solution pour financer le carénage du Tramontana, et ainsi pouvoir prolonger sa durée de vie jusqu’à l’arrivée du 2è S-80.

Notes :

[1Deux selon certaines sources.

Référence :

El Confidencial Digital (Espagne)