DCNS, un des leaders mondiaux dans la défense navale, travaille au développement de missiles anti-aériens lancés depuis un sous-marin, ainsi que sur des contre-mesures contre torpilles, des drones sous-marins et des missiles d’attaque.

Bernard Buissson, directeur exécutif de DCNS pour l’Inde, explique que « les contre-mesures les torpilles, les drones sous-marins et les missiles d’attaque constitueront une part importante de l’efficacité au combat des futurs sous-marins » et que sa compagnie investit environ 10% dans la recherche et le développement.

Les sous-marins ont la capacité de lancer des missiles de croisière, mais ce sera la première fois qu’une société révèle ses efforts dans le développement d’un missile anti-aérien. DCNS coopère avec MBDA pour développer un missile anti-aérien pour sous-marins.

Les 2 compagnies font de bonnes affaires en Inde. DCNS construit actuellement 6 sous-marins Scorpène et MBDA travaille sur plusieurs missiles pour la marine et l’armée de l’air.

M. Buisson explique que la lutte anti-sous-marine (ASM) devenait une réalité plus tangible avec la mise en service d’armes de précision et réseau-centrée toujours plus nouvelles. Les menaces ne laissent presque pas de temps pour réagir et donc, « les futures technologies sous-marines se concentrent sur le guidage de la plateforme, la guerre électronique et les performances des missiles, des traitements de données plus rapides et l’évaluation des menaces plus précise. »

Tout ceci exige « une réponse calibrée automatique avec de meilleurs portées et des missiles d’attaque bien plus précis, » remarque-t-il.

En ce qui concerne le missile anti-aérien, dévoilé lors du récent salon Euronaval de Paris, il précise qu’il sera disponible en 2 versions : l’une devant être lancé depuis un système monté sur un mât, l’autre depuis un drone sous-marin.

Le système d’auto-défense anti-aérien monté sur un mât, conçu pour être intégré sur le kiosque du sous-marin, sera constitué d’un mât rétractable pouvant lancer plusieurs missiles Mistral à courte portée, pendant que le système d’auto-défense installé sur un drone permettra de lancer un missile MICA à moyenne portée. Le drone lui-même serait déployé depuis un tube lance-torpilles.

Référence :

India Strategic (Inde)