Le plus récent sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière russe, le Severodvinsk, projet 855 classe Yasen, a raté la 2ème partie des essais officiels qui se sont déroulés à la fin octobre, indiquent des membres de la commission d’acceptation. Un des membres de la commission, officier à bord d’un autre sous-marin, précise qu’un grand nombre de défauts a été découvert.

« La première partie des essais avait eu lieu en octobre 2011. Nous avions alors découvert des centaines de défaillances et de défauts. Le constructeur, Sevmash, s’était engagé à les éliminer le plus vite possible. Mais désormais, le nombre de défauts est encore plus grand, » a-t-il expliqué.

Pour les marins, le principal problème concerne les missiles de croisière Caliber, le principal armement du sous-marin. Conformément au programme d’essai, le sous-marin a effectué 3 essais de lancement, dont certains en plongée et sur des cibles mobile. Un des lancements en plongée a échoué.

« Désormais, la marine russe et United Shipbuilding Corporation doivent décider s’il faut modifier le sous-marin et refaire les essais officiels, ou le livrer à la marine et corriger les défauts après sa mise en service. La construction des sous-marins du projet 855 a commencé il y a maintenant 13 ans, il est temps de prendre une décision, » a indiqué l’officier de marine.

Il a ajouté que la commission penchait pour l’élimination des problèmes les plus graves et la livraison rapide du sous-marin à la marine. Dans ce cas, le Severodvinsk serait mis en service au 1er semestre 2013 ou même lors des prochaines fêtes de Fin d’Année. D’un autre côté, une 3è série d’essais officiels repousseraient la livraison du sous-marin au 2è semestre 2013 ou même plus tard.

Contrairement aux sous-mariniers, le commandement de la marine russe prend les problèmes du Severodvinsk à la légère et dément la modification des échéances de livraison. Une source de l’état-major de la marine explique qu’aucun essai officiel ne s’est déroulé en octobre 2012, mais seulement des essais intermédiaires de tir de missiles.

« Il n’y avait pas que des représentants de la marine et du constructeur qui assistaient à ces essais, mais aussi les directeurs du bureau d’études Novator, qui a conçu le missile Caliber. L’objectif premier était de toucher des cibles de surface, » a-t-il expliqué.

Selon lui, tous les problèmes ont été corrigés. Tous les systèmes du sous-marin (propulsion, assèchement, réacteur,...) fonctionnent normalement. Tout a été testé en 2012 à quai et lors des essais constructeur qui ont précédé les essais officiels.

Référence :

RusNavy (Russie)