La Royal Navy pourrait avoir du mal à conserver assez de sous-mariniers expérimentés pour faire naviguer à l’avenir les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) et lanceurs d’engins (SNLE) britanniques, avertit un rapport interne du ministère de la défense.

Un rapport d’évaluation des risques révèle qu’« il y a un risque que la Royal Navy n’ait plus assez de personnel qualifié et expérimenté pour pouvoir respecter les plans d’armement en personnel de la flotte sous-marine. »

Les propositions avancées pour corriger cette situation, visent à améliorer la “qualité de vie” des sous-mariniers et augmenter le recrutement.

Le rapport met aussi en lumière un manque potentiel d’ingénieurs ayant les compétences nucléaires pour entretenir les SNA et SNLE.

« L’incapacité à recruter, retenir et développer le personnel qualifié dans la conception nucléaire conduira à l’impossibilité de soutenir le Programme Nucléaire, » indique le rapport, citant la disponibilité d’emplois civils attractifs comme un facteur de risque majeur.

Les risques résultent aussi d’un « manque national d’ingénieurs nucléaires » et de la décision de baser toutes les armes nucléaires en Ecosse.

La capacité de la base industrielle britannique est aussi remise en cause, avec des inquiétudes sur l’« érosion des capacités de fabrication, augmentation des couts, retards et mauvaise performance des industriels. »

Référence :

Defence Management (Grande-Bretagne)