Un ou 2 des patrouilleurs côtiers de la marine néo-zélandaise resteront inutilisés en raison du manque de personnel, ont reconnu des responsables.

Le ministre néo-zélandais de la défense, Jonathan Coleman, a donné une image légèrement différente de la situation des patrouilleurs côtiers (en service depuis moins de 5 ans).

« L’un des 4 patrouilleurs sera placé en “activité réduite” parce que son équipage sera réaffecté. Un autre va subir une période d’entretien. Il restera donc seulement 2 des patrouilleurs entièrement opérationnels. Ils sont utilisés pour la sécurité aux frontières, » a-t-il expliqué.

Coleman a indiqué que 2 patrouilleurs effectueraient « le travail dont nous avons besoin. Mais actuellement, nous n’avons tout simplement pas l’équipage nécessaire pour faire naviguer le 3è bateau, parce qu’ils prendront leurs vacances annuelles et profiteront de l’opportunité de suivre de la formation continue. »

Le manque de personnel n’a rien de nouveau pour la marine néo-zélandaise, qui a du mal à armer ses bâtiments depuis au moins 2008. Et la situation ne s’est pas améliorée, a reconnu en février dernier le chef de la marine, le contre-amiral Tony Parr.

« Nous avons besoin d’environ 2.000 à 2.200 marins pour occuper les postes de façon optimale. Mais nous sommes actuellement bloqués à moins de 2.000. Donc parvenir à l’équilibre est un énorme défi pour nous, » a-t-il déclaré.

Référence :

Defense News (Etats-Unis)