L’un des plus récents sous-marins de la Royal Navy s’est échoué il y a 2 ans au large de l’île de Skye parce que l’officier de quart n’utilisait pas le bon radar, n’avait pas de carte de la région et n’était pas habitué à naviguer dans le noir, a conclu une enquête officielle.

Le rapport de 24 pages indique clairement qu’une série d’erreurs a conduit à l’échouage du sous-marin nucléaire HMS Astute, dans les premières heures du 10 octobre 2010, une situation embarrassante qui s’est aggravée lorsqu’un navire de sauvetage l’a heurté, provoquant de nouveaux dégâts.

Personne n’a été traduit en cour martiale à la suite de cet incident, mais la Royal Navy précise que 3 officiers ont reçu des sanctions disciplinaires ou administratives. Le ministère de la défense a refusé d’identifier ces 3 officiers. Le commandant du sous-marin au moment des faits, le Commander Andy Coles, a perdu son poste un mois après l’incident.

L’un des plus récents et des plus modernes sous-marins de la Royal Navy, l’Astute effectuait des essais à la mer lorsqu’il s’est échoué sur un banc de sable entre le continent et l’île de Skye.

L’enquête officielle sur l’accident remarque que le commandant prenait une douche pendant que le sous-marin nucléaire se dirigeait vers les ennuis, et que « la cause principale de l’échouage est le non-respect des procédures appropriées ... combiné à une grave erreur d’appréciation de l’officier de quart, à l’approche du danger. »

Le sous-marin était en retard à un rendez-vous avec un autre bâtiment et a pris un raccourci pour se trouver au bon endroit au bon moment, indique le rapport.

L’officier de quart a déclaré à l’équipe d’enquête qu’« il n’était jamais venu au sud des îles Crowlin, en tant qu’officier de quart, dans le noir auparavant, » et qu’on ne lui avait donné aucune instruction particulière sur ce qu’il fallait faire, autre que l’heure à laquelle devait avoir lieu le rendez-vous.

Le radar principal du sous-marin n’était pas utilisé parce qu’il « faisait du bruit », bien qu’il soit parfaitement opérationnel. La carte de navigation adaptée à la région n’a pas été disponible avant qu’il ne soit trop tard, indique le rapport.

« Bien que la carte adaptée soit finalement parvenue sur le kiosque, il était trop tard. De par son enquête, il est conclu que l’officier de quart n’avait plus le temps de l’étudier lorsque les événements se déroulaient autour de lui, » ajoute le rapport.

Pour commencer, l’officier de quart n’avait pas de jumelles, puis il n’a pas changé de route lorsqu’on lui a conseillé de le faire, « le sous-marin continuant sa route directement » sur le danger.

« La conscience de la situation qu’il avait lorsqu’il est arrivé sur le kiosque, l’a rapidement déserté en raison de l’absence de radar, d’une carte ou d’une expérience précédente de cette région, » indique le rapport.

Une fois que l’Astute se fut échoué, les officiers supérieurs n’ont pas pris les mesures appropriées, probablement parce que « la nature douce de l’échouage n’a donné aucune raison pour une inquiétude immédiate, et par suite, aucune personne en position de responsabilité n’a senti qu’il puisse y avoir une menace immédiate pour le sous-marin. » Le rapport indique que c’était « une négligence regrettable ».

Les premières tentatives pour déplacer le sous-marin de 7.800 t ont échoué, et des dégâts mineurs ont eu lieu lorsqu’un remorqueur, l’Anglian Prince, a heurté l’Astute pendant une tentative ultérieure.

L’enquête fait 10 recommandations, y compris la diffusion d’un rappel au commandant « de ses responsabilités sur la sécurité du sous-marin et de son équipage ... en particulier le besoin de donner des ordres et des instructions clairs et compréhensibles ».

Le contre-amiral Ian Corder, commandant des forces sous-marines britanniques, a indiqué qu’il acceptait le résultat de l’enquête et que « les actions correctrices ont soit déjà été prises soit sont en train de l’être. »

L’amiral Corder a indiqué qu’il n’indiquerait pas qui a été sanctionné parce qu’« il s’agit d’une question de vie privée entre ceux qui sont cernés et la marine. » Il a ajouté : « Les forces sous-marines ont tiré les leçons de cet incident. Je suis persuadé que l’incident n’est pas le signe de défaillances plus graves. »

L'analyse de la rédaction :

- Déclaration de l’amiral commandant les forces sous-marines PDF [43.8 KB]
- Rapport d’enquête sur l’échouage du HMS Astute PDF [4.9 MB]

Référence :

The Guardian (Grande-Bretagne)