La dissuasion nucléaire britannique devrait rester en Écosse, même si celle-ci se prononce pour son indépendance, ont conclu les chefs de la Royal Navy.

La base navale écossaise qui héberge actuellement les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins britanniques, équipés de missiles nucléaires Trident, est le seul site adapté à cette mission. En construire une autre pourrait prendre jusqu’à 10 ans, ont-ils déclaré aux ministres.

Alex Salmond, le premier ministre écossais, a fixé un calendrier qui pourrait déboucher, en 2014, sur un référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. David Cameron veut que le référendum ait lieu plus tôt.

Ces décisions ont provoqué une forte inquiétude parmi les chefs des armées, qui prennent conscience des éventuelles conséquences pour les Forces Armées du royaume.

Le ministère britannique de la défense aurait conclu que la déclaration d’indépendance de l’Écosse, impliquerait que, pendant plusieurs années, la dissuasion nucléaire britannique serait basée dans un pays étranger.

Cette perspective a été décrite par un haut responsable militaire comme le « scénario cauchemar » pour le commandement des forces sous-marines et pour les ministres qui devraient négocier cette présence avec un nouveau gouvernement écossais.

Les SNLE britanniques, de la classe Vanguard, sont basés à Faslane sur le Gare Loch, pendant que les missiles et leurs têtes nucléaires sont stockées et chargées sur une base proche, Coulport, sur le Loch Long.

Le ministère estime que les installations de Faslane pourraient être reproduites sur une base anglaise existante. Mais la base de Coulport est unique.

Elle est équipée de matériels très spécialisés pour le déplacement en toute sécurité des missiles et des têtes. Elle dispose de bunkers en béton durci pour stocker missiles et têtes.

Selon une source, « les quais ne seraient pas un problème — il y a déjà des ports sur la côte sud qui pourraient être utilisés sans trop de problèmes. Mais il n’y a pas un seul endroit où nous pourrions faire ce qui est fait à Coulport. Et sans cette base, il n’y a plus de dissuasion. »

Le SNP (Parti National Écossais) a promis qu’une Écosse indépendante serait débarrassée des armes nucléaires et refuse que les Écossais puissent payer quoi que ce soit pour le déplacement des 2 bases.

Le Professeur William Walker de l’Université de St Andrews, qui a étudié la dissuasion nucléaire, a estimé qu’il serait « très, très difficile et très, très cher » de déplacer l’ensemble des bases hors de l’Écosse.

Référence :

Daily Telegraph (Grande-Bretagne)