L’Australie a demandé à 3 compagnies européennes de proposer des modèles de sous-marins destinés à remplacer sa flotte actuelle. Le montant du contrat est évalué à 36 milliards AUS$ (27,5 milliards €). L’Australie veut protéger ses exportations de ressources naturelles et réagir face à une course aux armements en Asie.

DCNS, Howaldtswerke-Deutsche Werft GmbH et Navantia ont été contactés afin de donner des informations sur des modèles de sous-marins classiques, a déclaré mardi le ministre australien des matériels de défense, Jason Clare.

« Le projet de Sous-marin futur est le plus important et le plus complexe que nous ayons jamais lancé dans le domaine de la défense, » a déclaré le ministre.

L’Australie prévoit de construire une flotte de 12 sous-marins, qui doivent entrer en service vers 2025.

Le projet est en parti destiné à contrer l’expansion militaire chinoise, qui s’étend en Asie du Sud-Est et en mer de Chine du Sud, où Pékin est impliqué dans plusieurs disputes sur la souveraineté d’îles de la région.

Mais Canberra a aussi désiré dépeindre son renforcement militaire comme une mesure destinée à renforcer la sécurité de ses développements offshore et de ses exportations de minerais. Il s’agit aussi de renforcer ses capacités de réagir en cas de catastrophes naturelles dans la région.

Les nouveaux sous-marins seront plus gros et plus puissants que les 6 sous-marins de la classe Collins actuellement en service. Ces derniers, les plus grands sous-marins classiques actuellement en service, ont été construits en Australie, et ont connu de nombreux problèmes lors de la construction et de la mise au point.

Des responsables américains ont poussé l’Australie à renouveler sa flotte sous-marine, certains experts appelant même le gouvernement australien à envisager d’acheter des sous-marins nucléaires d’attaque “sur étagère”.

Référence :

Reuters