La frégate britannique HMS Westminster a été envoyée en zone de guerre, au large de la Libye, avec seulement un armement de 4 missiles.

Des officiers de la Royal Navy inquiets ont révélé que la frégate était « dangereusement sous protégée » lorsqu’elle a été envoyée au large du port de Benghazi en mars dernier.

Le bâtiment peut emporter 32 missiles Seawolf [1] et 8 missiles Harpoon [2]. Mais il semble que les réductions des budgets militaires aient laissé le Westminster sans défense s’il avait été attaqué.

Comme les missiles Seawolf sont lancés par paire, on précise que le Westminster ne pouvait répondre que 2 fois en cas d’attaque des troupes du Colonel Kadhafi.

Le ministère britannique de la défense a reconnu que le Westminster n’avait pas la totalité de ses missiles à bord, lorsqu’il a été envoyé en Libye, et qu’il n’a pas été ensuite ravitaillé en mer. Mais un porte-parole a refusé de confirmer ou de démentir que la frégate n’avait que 4 missiles.

Un sous-secrétaire permanent, Ursula Brennan, a déclaré que « l’évaluation des risques pour le HMS Westminster a été faite en prenant en compte les autres capacités que nous avions sur place : sous-marins, aéronefs et moyens de surveillance. En ces circonstances particulières, nous avons pensé que c’était un risque qui méritait d’être pris. »

« C’est une décision que nos personnels des opérations prennent quotidiennement. »

Notes :

[1Missile anti-aéronef et anti-missile à courte portée.

[2Missile anti-navire.

Référence :

Portsmouth News (Grande-Bretagne)