Les pétroliers-ravitailleurs de la marine allemande, dont l’équipage est civil, ne peuvent ravitailler les bâtiments de guerre participant à l’opération Atalante au large de la Somalie, en raison d’un conflit de travail, selon un rapport du ministère de la défense obtenu mercredi.

Un syndicat a refusé d’autoriser les 329 membres d’équipage civils des 4 pétroliers à effectuer des dépassements d’horaires de travail.

Le ministère de la défense a refusé de faire le moindre commentaire.

Le journal Kieler Nachrichten, qui révèle l’affaire, précise que les pétroliers sont limités aux eaux territoriales et ne peuvent pas faire de navigation trans-océanique parce que l’équipage ne peut travailler, en moyenne annuelle, que 48 heures par semaine.

Le syndicat a refusé de renouveler un accord qui permettait aux marins de travailler en moyenne 65 heures par semaine. Les marins bénéficient de vacances prolongées en compensation des longues durées de travail effectuées en mer.

Le document du ministère de la défense explique que cela signifie que la marine n’a pas le personnel adapté pour des missions de longue durée.

Les bâtiments de la marine allemande participent à la lutte contre la piraterie au large de la Somalie, dans le cadre de la mission Atalante. Sans pouvoir se ravitailler en mer auprès de pétroliers, ils doivent accoster dans des ports de la région pour faire le plein de carburant.

Référence :

Monster & Critics (Etats-Unis)