La Corée du Nord a renforcé cette année ses exercices de sous-marins, sans que la marine sud-coréenne parvienne à les détecter, a indiqué lundi dernier un dirigeant de l’opposition sud-coréenne.

Selon Shin Hak-yong, membre du principal parti d’opposition et qui appartient à la commission parlementaire de la défense nationale, il y a eu 50 exercices de sous-marins nord-coréens en mer Jaune pour les 8 premiers mois de 2011, contre 28 pour la même période de 2010.

Shin a souligné qu’il n’y avait eu que 5 exercices de ce type pour les 8 premiers mois de 2009, et seulement 2 pour la même période de 2008.

Shin a ajouté que les exercices de semi-submersibles étaient passé de 14 l’an dernier à 22 cette année.

En mars 2010, la Corée du Nord a torpillé la corvette sud-coréenne Cheonan, tuant 46 marins. 8 mois plus tard, elle a bombardé l’île frontière de Yeonpyeong, tuant 4 personnes dont 2 civils. La mer Jaune a aussi été le lieu de 3 confrontations navales entre les 2 Corées depuis 1999.

En mer de l’Est, le nombre d’exercices de sous-marins nord-coréens est passé de 25 à 39 l’an dernier, a indiqué Shin. Le parlementaire a noté que la plupart des exercices en mer de l’Est ont eu lien entre juin et aout.

Shin a ajouté que la Corée du Nord possède environ 260 embarcations rapides de débarquement et hovercrafts pour des opérations de débarquement. La nouvelle base navale du Nord, située à Koampo dans la province de Hwanghae sur la mer Jaune, pourrait être presque terminée, a souligné Shin.

Shin a déclaré que les patrouilleurs et frégates anti-sous-marines sud-coréennes étaient dépassées et avaient été incapables de détecter les sous-marins nord-coréens.

Selon ses informations, un patrouilleur, le Sokcho, n’est pas parvenu à identifier un seul sous-marin nord-coréen lors d’un exercice de 3 jours qui a eu lieu en aout de l’an dernier.

Lors des 3è et 4è trimestres de l’an dernier, les patrouilleurs et frégates de la 2è flotte n’ont détecté qu’un tiers des sous-marins nord-coréens participant aux exercices.

Shin a précisé que, si les nouveaux destroyers avaient mieux détecté les sous-marins, ce sont encore les patrouilleurs qui sont chargés de protéger les côtes. Il a ajouté que les mauvaises performances des patrouilleurs rendent vulnérables la mer Jaune pour de nouvelles provocations nord-coréennes.

« Des destroyers doivent être envoyés près des îles frontière de la mer Jaune pour se protéger contre les provocations, » a indiqué Shin.

Référence :

Korea Times (Corée du Sud)