Une décision récente prise par l’US Navy, qui prévoit la dissolution d’un groupe de porte-avions, pourrait être un signal de l’avenir de la flotte de porte-avions.

Lundi, l’ancien Chef des Opérations Navales, l’amiral Gary Roughead, a annoncé que le Carrier Strike Group 9 serait réaffecté de l’USS Abraham Lincoln à l’USS Ronald Reagan.

La raison de la réaffectation du groupe ? Pour remplacer le Carrier Strike Group 7, basé à San Diego et récemment dissous. Supprimer le CSG-7 de la flotte laisse la Navy avec seulement 9 groupes opérationnels.

C’est un chiffre auquel la Navy restera probablement bloqué pour les 10 ans à venir, selon Ray Pritchett, qui gère le site Information Dissemination et suit de près tout ce qui touche à l’US Navy.

Selon Pritchett, cette décision est la façon choisie par la Navy pour réduire les couts, alors que le département de la défense se prépare à des réductions de budgets pour les années à venir. En supprimant un groupe de porte-avions, la Navy peut effacer toutes les couts d’opérations et de maintenance associés à ce groupe de ses budgets.

De plus, souligne Pritchett, la Navy va aussi économiser les couts d’opération et de maintenance des escadrilles liées au CSG-7.

Même si la Navy va conserver ses 11 porte-avions dans la flotte, chiffre qui va tomber à 10 lors du désarmement de l’USS Enterprise, elle va probablement conserver la structure à 9 groupes sur le long terme.

Une fois que l’Enterprise sera désarmé, la Navy fera probablement la même chose qu’elle a fait avec le CSG-7, simplement déplacer son groupe (le CSG-12) de l’Enterprise à un autre porte-avions.

Même si la Navy pourra absorber la perte d’un groupe et maintenir pour autant une présence stratégique dans le monde entier, le message que la décision envoie — en particulier vers les parlementaires — pourrait être irréversible, selon un spécialiste de la défense.

Si les opérations de la Navy ne souffrent pas de cette dissolution et que la structure à 9 groupes est conservée sur le long terme, « il sera très difficile de retrouver ce chiffre (10), » si nécessaire, explique Travis Sharp, un spécialiste du budget de la défense au Center for a New American Security.

La décision rendra aussi la position de la Navy plus difficile en ce qui concerne la construction des nouveaux porte-avions de la classe Ford, souligne Sharp, remarquant que la Navy pourrait utiliser sa flotte amphibie pour combler ce manque.

Référence :

Defense Aerospace