Quatre sous-mariniers britanniques ont été mis en danger lorsque des vagues énormes ont heurté leur sous-marin qui quittait le port de Plymouth, a révélé 4 ans après les faits le ministère britannique de la défense.

L’une des vagues a fait tomber un officier pendant que 3 autres sont restés bloqué dans un sas extérieur pendant 30 minutes.

L’incident est survenu à bord du SNA HMS Sovereign en février 2006 — 10 mois avant que 2 marins américains ne soient emportés du pont du SNA USS Minneapolis-St Paul, exactement au même endroit.

Le rapport de l’US Navy sur l’incident s’était plus tard plaint que "les enseignements tirés" de l’incident du HMS Sovereign n’avaient jamais été transmis aux Alliés utilisant aussi le port de Devonport.

C’est la première fois que le ministère de la défense publie les détails de l’incident impliquant le sous-marin, maintenant désarmé.

"Alors que le sous-marin quittait l’abri de la jetée, la première d’une série de grandes vagues s’est écrasée sur le pont, assommant l’officier de pont, qui était alors près du kiosque, et bloquant 3 marins dans le sas des aussières," a indiqué le ministère.

"Le commandant en second leur a dit de rester là, pour leur propre sécurité."

Une équipe de secours a été mise sur pied mais, après environ 30 minutes, les sous-mariniers frigorifiés ont réussi à retourner vers l’intérieur du sous-marin.

Un médecin de la Royal Navy a expliqué que les sous-mariniers "risquaient la noyade secondaire [1] par l’ingestion d’eau de mer, le choc et l’effet du froid".

Près de 2 heures après l’incident, les 3 marins ont été transféré dans une infirmerie de Devonport, puis soignés à l’hôpital.

Une enquête de sécurité a conclu que les conditions météo "imprévues mais prévisibles" avaient conduit à la "mise en danger grave du personnel sur le pont". Le fait qu’aucun pilote local ne se trouvait à bord a participé "à la mauvaise évaluation" concernant les limites de sécurité de l’état de la mer et des vagues.

Le rapport de l’US Navy avait accusé un pilote expérimenté de Plymouth d’avoir donné à l’équipage américain de "mauvais conseils" et de ne pas avoir partagé les informations sur "les états de mer potentiellement dangereux" après la jetée de Plymouth.

Notes :

[1Par noyade secondaire on entend que l’inondation des voies respiratoires se fait APRES la perte de connaissance et l’arrêt respiratoire. L’inondation est soit active (reprise sous l’eau des mouvements respiratoires), soit passive (par infiltration, la victime coule). Source : Société Internationale de Sauvetage du Léman.

Référence :

The Herald (Grande-Bretagne)