À supposer que les migrants découverts vendredi matin sur la plage corse de Paragan soient bien arrivés par la mer, le bateau qui les a transportés ne courrait que fort peu de risques d’être repéré par la Marine française. Le sémaphore de Pertusato, qui assure la surveillance des Bouches de Bonifacio sous l’autorité de la préfecture maritime de Toulon, était en effet confronté à une panne de radar au moment probable de leur débarquement.

L’article est disponible sur le site du journal.

Référence :

Le Figaro