Robin McGovern enseigne dans le domaine, dominé par les mâles, de la neuroscience et se considère comme “une femme forte et indépendante”. Mais, en temps qu’épouse de sous-marinier, elle a des réserves quant à autoriser des femmes à être affectées sur des sous-marins.

“Les locaux sont très étroits et ils y sont pour de très longues périodes. A bord, ils doivent se sentir très seuls,” explique McGovern, dont le mari est officier à bord de l’USS Providence, un sous-marin nucléaire d’attaque. “Ils doivent gérer la tentation, mais est-ce que ce doit être d’aussi près ?”

Une part d’elle-même pense que ce serait bien s’il y avait des femmes sous-mariniers, mais “en temps qu’épouse de sous-marinier, cela me rend mal à l’aise.”

L’amiral Michael Mullen, Président du comité des chefs d’état-major, l’amiral Gary Roughead, chef des opérations navales, et le secrétaire à la Navy Ray Mabus ont tous déclarés récemment qu’ils voulaient que les femmes embarquent sur les sous-marins.

Mais plusieurs épouses de sous-mariniers ont expliqué que mélanger les sexes dans un espace étroit pendant de longues durées conduiraient probablement à des problèmes.

Stephanie Williams, dont le mari est officier sur l’USS Pittsburgh, a déclaré : “j’ai confiance dans mon époux, mais c’est bien de penser qu’il n’y a que des hommes à bord. J’ai lu des articles sur les bases mixtes en Irak qui proposent des solutions de contrôle des naissances et ont des machines à ultra-son à cause des relations qui s’y produisent. C’est ce qui arrive quand vous mélangez les sexes.”

Les relations se développeraient entre hommes et femmes, mais pas nécessairement sexuelles, mais des relations étroites, expliquent Williams.

“A chaque fois que vous subissez un traumatisme, vous vous rapprochez des autres, et beaucoup d’épouses auraient des problèmes de savoir que leurs époux ont des relations étroites alors qu’elles restent derrière,” dit-elle. “Aucune des épouses auxquelles j’ai parlé ne soutient cette idée.”

Des femmes ont commencé à être affecté sur les navires de surface et les avions de combat de la Navy dans les années 90. A l’époque, les épouses des officiers et des marins s’étaient prononcé contre le changement.

L’amiral Roughead a expliqué que la Navy doit prendre en compte les problèmes, y compris celui des logements. L’espace est si limité à bord des sous-marins que des membres d’équipage doivent partager la même couchette, une pratique connue sous le nom de “couchette chaude” parce que la couchette est généralement encore chaude de la personne qui y a dormi lors du dernier quart.

L’amiral Roughead estime qu’il est important de prendre en compte l’inquiétude des épouses, a déclaré le Capt. Conrad Chun, son porte-parole.

“J’ai 2 filles et je ne leur ai jamais dit qu’elle ne devaient pas entrer dans l’armée parce que ce sont des femmes, mais dans les sous-marins, je pense que ce n’est pas vraiment un bon endroit pour une femme,” a déclaré Michelle Mileham, dont le mari est embarqué sur le Missouri, un nouveau SNA de la classe Virginia actuellement en construction. “Cela changerait la dynamique d’un sous-marin — qui travaille à quel endroit et qui doit éviter quelqu’un d’autre dans le quartier des femmes et celui des hommes. Je pense que cela serait une distraction.

“C’est une des raisons pour lesquelles ils ont mis en place cette règle au départ.”

Christy Curley, dont l’époux est radio sur le Pittsburgh, explique qu’elle est d’accord pour que des femmes embarquent sur sous-marin ... tant que c’est sur leur propre sous-marin, un sous-marin dont l’équipage serait entièrement composé de femmes.

Référence :

The Day (Etats-Unis)