Le voile de secret qui entoure le projet, dont l’existence même a été démentie par les gouvernements indiens successifs depuis son lancement en 1984, a été soulevé dimanche lorsque le ministre indien de la défense a emmené les journalistes pour la cérémonie de lancement.

Cependant, aucune image, photographie ou film, du sous-marin n’était autorisée. Les photographes officiels de l’événement n’ont pas montré non plus une image claire du sous-marin.

Le seul aperçu du sous-marin — qui a fait de l’Inde le seul pays de l’océan Indien à disposer d’un sous-marin nucléaire et seulement le 6è au monde à pouvoir concevoir et construire un sous-marin nucléaire — se trouve à l’arrière-plan de la photographie montrant le premier ministre indien Manmohan Singh lors de la cérémonie : on n’y voit qu’un morceau de coque noire.

Mais les journalistes, officiers, les 143 techniciens russes et des diplomates ont pu voir le sous-marin, 110 m de long pour 11 de large, de très près.

Eclaté de l’Arihant

Le design du sous-marin d’un déplacement en surface de 6.000 t, ressemble clairement au sous-marin nucléaire russe de la classe Borei [1]. Sa surface est inégale et sa coque est recouverte de tuiles noires, capables d’absorber les ondes sonores afin de lui permettre de conserver sa furtivité.

Le kiosque est plus près de l’avant que du centre, contrairement aux sous-marins classiques.

La balise orange au sommet du kiosque s’est allumée dimanche lorsque l’épouse du premier ministre, Gursharan Kaur, a appuyé sur le bouton pour symboliser la mise à l’eau du sous-marin. Au sommet, se tenait le commandant de l’INS Arihant, le Captain Anshuman Dutt.

Au milieu du sous-marin — comprenant une double coque — sur le coté tribord, il y a 2 évents rectangulaires, destinés à prendre de l’eau lorsque le sous-marin plonge. C’est comme un "cocon dans un cocon", a expliqué un responsable.

Une autre impression d’artiste de l’Arihant
Selon son auteur, le pod situé sur le gouvernail ne serait présent que sur les n°2 et 3

L’INS Arihant est plus long que tout autre sous-marin actuellement en service dans la foltte indienne. Un sous-marin nucléaire est alimenté par un réacteur nucléaire, qui génère une chaleur importante alimentant une turbine à vapeur. Son endurance en plongée est illimitée et sa vitesse est le double de celle de ses homologues à propulsion classique.

"Miniaturiser le réacteur nucléaire a été une tache difficile et, si vous voulez des gens à bord, il doit être autonome en terme d’énergie et d’électricité," a déclaré V.K. Mehra, directeur du groupe du projet réacteur au Centre de recherche nucléaire de Bhaba.

Le sous-marin peut emporter 12 missiles nucléaires K-15 et est la branche navale de la triade nucléaire indienne — la capacité de lancer des armes nucléaires depuis la terre, la mer et les airs. S’en tenant à sa politique de "non-utilisation en premier", le sous-marin va permettre à l’Inde de développer une "capacité crédible de riposte" en cas d’attaque nucléaire, ont expliqué des responsables.

Notes :

[1Celui-ci est cependant 2 fois plus gros (environ 12.000 t).

Référence :

India Times (Inde)