La Marine américaine envoie deux systèmes sophistiqués aux navires français pour faciliter la détection de la boîte noire de l’Airbus d’Air France disparu au large des côtes brésiliennes.

Un haut responsable de la défense a précisé que les Towed pinger locators [1], capables de détecter des balises de détresse à une profondeur de 6.100 mètres, seront acheminés par avion au Brésil lundi avec une équipe de l’US Navy. L’équipe, qui comprend du personnel de la Navy et des sous-traitants privés, va remettre les détecteurs à 2 remorqueurs français qui vont les utiliser pour écouter les émissions des boites noires.

Le responsable a demandé l’anonymat parce la décision, qui répond à une demande de la France, n’a pas été annoncée. La Marine américaine possède deux appareils de ce type, qui mesurent 1,5 m de long et 12,7 cm de diamètre. Ils sont destinés à être remorqués à faible vitesse derrière un navire.

Notes :

[1Détecteurs remorqués d’émetteurs sonar.

L'analyse de la rédaction :

Les détecteurs remorqués sont constitués d’un hydrophone passif permettant de détecter spécifiquement les balises de détresse des avions civils et militaires. La plupart des balises émettent chaque seconde un signal à la fréquence de 37,5 kHz. Mais les détecteurs peuvent détecter des balises émettant entre 5 et 60 kHz, quel que soit le taux de répétition.

Le détecteur est remorqué à faible vitesse, généralement entre 1 et 5 nœuds, selon la profondeur de remorquage.

L’avantage de ce type de détecteur par rapport aux sonars d’un SNA comme l’Emeraude est double :
- il est spécifiquement conçu pour détecter ce type d’émissions sonar,
- il peut être remorqué jusqu’à 6.200 m de profondeur et donc détecter des émissions là où le SNA, qui ne peut pas plonger en dessous de 300 m, ne détectera rien.

Référence :

San Francisco Chronicle (Etats-Unis)