Les chefs des marines française et émiratie ont expliqué que la base contribuerait à la forte présence navale française dans l’océan Indien en servant de station de ravitaillement.

L’amiral Pierre-François Forissier, chef d’état-major de la marine nationale, a souligné de nouveaux détails de la première base militaire créée par la France hors de son territoire depuis 50 ans.

La base — baptisée “Camp de la Paix” — accueillera des militaires français et du matériel stationné en permanence dans le port de Mina Zayed et sur la basé aérienne d’Al Dhafra.

Dans un entretien au journal émirati The National, le chef d’état-major précise que la partie navale de la base comprendrait près de 80 personnels non-combattants.

“L’administration de la flotte de l’océan Indien sera basée ici. C’est purement administratif,” a-t-il expliqué.

“Ce n’est pas une base opérationnelle, ce n’est pas une base pour effectuer des activités militaires, c’est seulement pour soutenir notre déploiement permanent dans la région, pour sécuriser nos lignes de communication.”

L’amiral Forissier a indiqué que les composantes Terre et Air de la base serait utilisées pour l’entraînement au combat dans un environnement désertique. Il a déclaré que le président Sarkozy avait ordonné qu’environ 6 chasseurs Rafale soient stationnés sur la base, puisque cela serait plus favorable à leur déploiement que d’avoir de les faire rallier de France.

Interrogé sur le fait de savoir si la marine des Emirats participerait à la lutte contre la piraterie, il a répondu qu’il était trop tôt pour ça.

“Aujourd’hui, ce n’est pas possible parce que nous sommes seulement au commencement. Nous devons donc développer des bonnes pratiques et règles pour travailler contre les pirates.”

Le contre-amiral Ahmed al Tunaiji, chef des forces navales des Emirats, a indiqué que la base ne serait pas définie en termes traditionnels, comme les bases militaires américaines au Qatar et à Bahreïn. En fait, a-t-il expliqué, il s’agit plus d’un “camp”.

“Ce n’est pas une base comme nous les connaissons, c’est plus un endroit où les équipages peuvent venir pour se reposer,” a-t-il indiqué.

Référence :

The National (Emirats-Arabes-Unis)