Pour un sous-marin, se cacher signifie être silencieux — tellement silencieux qu’un sonar ennemi ne puisse l’entendre et le détruire.

Les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins britanniques et français sont extrêmement discrets, pendant que leurs propres sonars sont conçus pour entendre le moindre son émis par un navire ennemi.

Dans cet incident, les 2 sous-marins effectuaient des patrouilles de dissuasion de routine, conservant en sécurité et prêts à tirer leurs missiles mortels.

Tous les 2 étaient à la recherche du moindre son révélant la présence d’un autre navire ou d’un objet qu’il devrait éviter, mais chacun des 2 sous-marins était tellement discret que l’autre a été incapable de l’entendre.

Seuls la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis auraient des sous-marins aussi sophistiqués et silencieux. En comparaison, les sous-marins russes sont bruyants.

Mais, alors que les sous-mariniers britanniques et américains s’informent régulièrement de l’endroit où se trouve en gros leurs SNLE en patrouille, pour prévenir justement ce genre d’accident, il n’y aurait pas ce genre d’accord avec les Français.

Comme la marine nationale a généralement un seul SNLE en patrouille, le sous-marin britannique a eu la remarquable malchance d’entrer en collision avec le seul sous-marin au monde qu’il était incapable de détecter, et dont il ignorait tout.

Référence :

Daily Mail (Grande-Bretagne)