Les problèmes financiers qui touchent la Grande-Bretagne forcent la Royal Navy à retarder ou abandonner 3 programmes majeurs.

La crise financière de la royal Navy affecte ses porte-avions

Les chantiers navals vont ralentir le travail pour la construction des 2 futurs porte-avions de la Royal Navy, les HMS Queen Elizabeth et Prince of Wales — l’épine dorsale de la marine du milieu du 21è siècle — pour que les bâtiments entrent en service avec au moins 1 et peut-être 2 ans de retard.

Le secrétaire à la défense, John Hutton, a aussi annoncé qu’il suspendait le remplacement de certains pétroliers de la flotte.

Et les problèmes financiers du ministère britannique de la défense signifient aussi que moins d’hélicoptères Future Lynx seront commandés.

La date de mise en service des 2 porte-avions reste cependant incertaine.

Au départ prévue pour 2012, la mise en service a été repoussée à 2014 et 2016 lorsque les 2 bâtiments ont été commandés l’an dernier.

Comme il est improbable que l’avion qui doit les équiper — le Joint Strike Fighter — soit disponible à cette époque, M. Hutton a indiqué que la décision avait été prise de retarder la date de mise en service des nouveaux porte-avions d’un ou 2 ans”.

Il a continué : “La construction a déjà commencé — et va se poursuivre.”

Référence :

Navy News (Grande-Bretagne)