La coque de l’ex-bâtiment atelier polyvalent Jules Verne est sur le point de quitter la rade de Toulon pour un dernier transit maritime vers son chantier de déconstruction situé à Gand en Belgique.

La coque de l’ex-bâtiment atelier polyvalent Jules Verne

Mis en chantier en 1969 en qualité de bâtiment spécialisé dans le transport de munitions, sous le nom d’ « Achéron », sa construction fut interrompue et reprise en 1973. Rebaptisé « Jules Verne » et transformé en bâtiment atelier polyvalent, il a été admis au service actif en 1976.

Longtemps affecté à Djibouti, le Jules Verne, qui était un des plus importants bâtiment de soutien de la Marine nationale, est retiré du service actif en 2009. Il est « embossé » à Brégaillon, à proximité de Toulon, à l’issue des opérations de désarmement, dans l’attente de sa déconstruction.

En novembre 2015, le Service de Soutien de la Flotte a notifié le marché de déconstruction de la coque du Jules Verne à la société franco-belge GALLOO. Le marché comprend la déconstruction de 4 coques stationnées à Toulon : Jules Verne, Ouragan, Orage et Bougainville et 3 coques « brestoises » : Rari, Francis Garnier, Jacques Cartier.

La coque du Jules Verne (environ 7800 tonnes) est la première à partir dans le cadre de ce marché. Si la météo est favorable, la coque sera dés-embossée dans les prochains jours pour être remorquée au quai de Brégaillon où quelques travaux de sécurisation et de préparation de la coque seront réalisés en vue de son dernier voyage avec un départ en sécurité en fin de semaine. La coque de l’ex-Ouragan suivra la même route à l’été.

Source : Marine Nationale (CECMED)