Les mini-submersibles font peser une lourde menace sur la sécurité maritime dans le Golfe Persique. Les dirigeants de la région cherchent des solutions immédiates et à leur portée pour faire face à cette menace.

Le contre-amiral Ibrahim al Musharrakh, commandant des forces navales des Emirats-Arabes-Unis, explique que « les opérations anti-sous-marines sont un véritable défi dans les eaux du Golfe à cause des petits sous-marins qui sont utilisés dans des eaux peu profondes. Les sonars ont beaucoup de difficultés à les détecter, » lors d’une conférence des commandants des marines du Golfe.

« De plus, le trafic commercial provoque des encombrements et du bruits qui diminue la capacité des équipements sous-marins à détecter. Les mini-submersibles peuvent ainsi opérer sans être repérés. »

Depuis 2007, la marine iranienne et les Gardiens de la Révolution ont lancé 3 classes de sous-marins, dont 2 de mini-submersibles. On sait cependant peu de choses sur ces sous-marins, leurs caractéristiques et leurs capacités.

Trois sous-marins de la classe Kilo — d’origine russe — ont été mis en service entre 1992 et 1996. Ils sont baptisés en Iran la classe Tareq.

Ils sont basés à Bandar Abbas, sur le détroit d’Ormuz. Deux d’entre eux seraient opérationnels à n’importe quel moment. Occasionnellement, ils sont envoyés au sud du détroit, dans le golfe d’Oman ou la mer d’Arabie.

Cependant, la véritable menace réside dans les mini-submersibles déployés depuis 2007. Les sous-marins des classes Ghadir et Nahang peuvent opérer dans les eaux côtières et peu profondes. Il y aurait entre 10 et 19 sous-marins de la classe Ghadir.

La classe Ghadir est parfois appelée aussi Yono, ce qui laisse supposer qu’ils utilisent des technologies nord-coréennes, bien qu’on ignore le niveau exact de l’implication de ces derniers.

Les mini-submersibles sont mis en œuvre à la fois par la marine et les gardiens de la Révolution. Ils seraient capables de lancer des torpilles — les 2 classes de mini-sous-marins ont 2 tubes lance-torpilles de 533 mm de diamètre, de poser des mines ou débarquer des forces spéciales. L’Iran expérimente aussi des sous-marins “mouillés”. Le Sabehat-15 est un véhicule pour 2 plongeurs (swimmer delivery vehicle ou SDV), équipé de GPS, conçu par le Centre de recherche sous-marine d’Esfahan.

A cause de leur autonomie limitée et de leur faible capacité d’emport, les SDV sont principalement utilisés pour le mouillage de mines, les opérations de commando et sont limités aux eaux côtières.

Néanmoins, Musharrakh explique que « la nature étroite du Golfe et le nombre de gros navires qui utilisent certaines routes maritimes rendent difficiles les opérations de sous-marins, classiques ou mini. Cependant, ils représentent toujours un véritable danger pour les bateaux naviguant dans le Golfe, l’infrastructure et le trafic marchand. »

« Nous avons besoin d’informations plus précises sur les capacités de ces mini-sous-marins, leurs opérations, les zones où ils sont déployés, comment ils opèrent et leurs faiblesses, » a-t-il ajouté.

Référence :

Defense News (Etats-Unis)