Un unique sous-marin Sud-Africain a rendu mardi certains commandants de l’OTAN rouges de honte puisqu’il a “coulé†tous les navires du Nato Maritime Group participant àdes exercices avec la Marine Sud-Africaine au large de la côte du Cap.

Le S101 — le SAS Manthatisi — n’a pas seulement réussi à échapper à toute détection par un groupe de recherche commun de l’OTAN et de la Marine Sud-Africaine, composé de plusieurs navires fouillant la zone avec radar et sonar ; il a aussi coulé tous les navires composant la flotte.

A plusieurs reprises pendant l’exercice qui s’est déroulé de lundi matin à mardi matin, un carré rouge est apparu sur les écrans là où les bâtiments de surface pensaient que se trouvait le sous-marin. Mais il est resté introuvable.

Cela a permis au ministre de la défense, Mosiuoa Lekota, de dire lorsqu’il a atterri mardi sur le SAS Amatola :

“Etre capable d’échapper à toute détection par des navires de l’OTAN n’est pas une petite réussite, elle démontre l’excellence du matériel que nous avons exigé pour cet objectif,” a déclaré Lekota.

Et, alors que cela déçoit l’une des plus fortes alliances militaires au monde, c’est aussi le signe que le groupe a un partenaire capable en Afrique, a indiqué Lekota.

“Avec une interopérabilité soutenue avec des forces étrangères comme l’OTAN, nous sommes bien positionnés pour répondre à toute circonstance imprévue qui pourrait survenir ici ou ailleurs,” a-t-il poursuivi.

Lekota était assez clair qu’une relation de travail avec l’OTAN était souhaitée.

“Ils ont un partenaire d’une capacité fiable parce que nous construisons une confiance mutuelle pour ce qui peut être fait et ce que nous pouvons faire ensemble, l’OTAN et l’Afrique du Sud ou l’OTAN et des nations d’Afrique du Sud,” a déclaré Lekota.

Ces sentiments étaient repris par le commandant du groupe maritime de l’OTAN, le contre-amiral Mahon, qui a déclaré que le déploiement verrait le groupe faire le tour de l’Afrique.

“Je ne peux parler de ce que le futur sera mais, il est certain que cela a été enrichissant. L’Afrique est un continent stratégique. La liberté des mers, l’énergie, la sécurité, ce sont des questions critiques pour les nations de l’OTAN,” a-t-il déclaré.

Les exercices vont continuer jusqu’à la fin de la semaine par des exercices de tirs réels, des ravitaillements à la mer, des exercices de visite et de recherche et divers autres scénarios rencontrés par les marines modernes.

Référence :

The Citizen (Afrique du Sud)